Rado HyperChrome Bronze Chronograph

L'horloger suisse Rado a une histoire avec des matériaux inhabituels, à commencer par le DiaStar original de 1962, entièrement recouvert de tungstène (appelé «métal dur» par Rado) et commercialisé comme la «première montre anti-rayures au monde». de ce garde-temps a lancé la société sur la voie de l’innovation avec les matériaux. En 1986, elle utilisait déjà beaucoup la céramique pour ses boîtiers de montres et ses bracelets, offrant une résistance similaire à la rayure et beaucoup plus légère que le tungstène. L’utilisation de la céramique avec son esthétique ultra-moderne est depuis devenue l’un des traits distinctifs de la marque. Avec le chronographe Rado HyperChrome Bronze, ils expérimentent une juxtaposition de styles vintage et l’utilisation du bronze - le plus ancien alliage de l’humanité - portant la signature de Rado " high-tech ”en céramique.

Le chronographe Rado HyperChrome Bronze Chronograph offre un mélange saisissant de différentes techniques de finition, dont un cadran brossé verticalement, un graining circulaire pour les registres du chronographe à 3 et 9 heures et une lunette polie avec une échelle tachymétrique gravée avec laque blanche. chiffres remplis. Les inserts latéraux, les poussoirs de chronographe et la couronne sont en bronze CuSn8, un alliage de cuivre et d'étain offrant une bonne résistance à la corrosion dans l'eau de mer, couramment utilisé dans les applications marines. Les chiffres arabes, les index des heures et les aiguilles du cadran sont dorés à l'or rose pour correspondre au bronze (au moins avant la patine) et contrastent bien avec toute la céramique noire. Un guichet de date discret est inclus à partir de 4h30, et le cadran est recouvert d’une glace saphir bombée avec traitement antireflet sur les deux faces. Le Super-LumiNova blanc sur les mains et les index aide à la lisibilité nocturne, et le boîtier est résistant à l'eau jusqu'à 10 bars (environ 100 m), ce qui le rend idéal pour la nage, bien que cela ne rende pas service au cuir.

Le boîtier du chronographe Rado HyperChrome Bronze mesure 45 mm de large sur 13 mm de hauteur. Ce n'est donc pas une petite montre. Au lieu de son bracelet en céramique habituel, Rado a choisi d’y inclure un bracelet en cuir marron pour rehausser son look vintage, qui comporte une boucle déployante à extension en acier inoxydable. Le chronographe Rado HyperChrome Bronze est alimenté par un mouvement ETA 2894-2, visible à travers le fond du boîtier en verre saphir. Il s’agit d’un mouvement chronographe automatique doté d’une réserve de marche de 42 heures, que Rado a personnalisé avec un rotor oscillant noir. Ils ont indiqué que ce mouvement était décoré, mais ils ne nous ont pas encore fourni d'images pour déterminer l'étendue de cette décoration. Le fond du boîtier est également gravé du texte «ÉDITION LIMITÉE UNE SUR 999», ce qui semble en déduire que ces montres ne seront pas numérotées individuellement, malgré la sortie limitée.

Je ne peux m'empêcher de penser que le chronographe Rado HyperChrome Bronze est un peu tardif, les montres en bronze ayant atteint une popularité record ces dernières années. Ils ont réussi à conserver le look distinctif de Rado avec le boîtier en céramique noire, mais les éléments en bronze sur les côtés du cadran semblent un peu comme une réflexion après coup. Cela devrait néanmoins faire un chronographe audacieux et accrocheur pour ceux qui aiment le mélange de l'esthétique ancienne et moderne, et la patine en développement sur le bronze devrait ajouter un peu d'intérêt et de personnalité à la montre. Le coût ne sera pas casser la banque non plus, avec un prix demandé de 4900 CHF. rado.com