Thomas Prescher Nemo Sub que je regarde est Steampunk Submersible

Les e-mails de fin de soirée de l'horloger suisse Thomas Prescher, d'origine allemande, sont toujours intéressants. C'est l'homme qui nous a apporté le premier tourbillon à triple axe et qui incarne vraiment le concept d'horloger indépendant. Toujours inspirée, la nouvelle montre de M. Prescher est son projet le plus impressionnant et ambitieux à ce jour. Appelée la Nemo Sub I, cette montre est peut-être la nouvelle montre la plus intéressante de 2014 et devrait rester ainsi.

Ce que vous voyez est un boîtier composé principalement de cristal saphir et qui a été créé pour ressembler à un sous-marin steampunk rêvé du travail du premier écrivain de science-fiction Jules Verne. C’est également la troisième d’une série de montres «Nemo», inspirée du personnage du capitaine Nemo, qui figure dans Vingt Mille Ligues sous la mer et The Mysterious Island de Verne. Ce voyage horloger a commencé avec la simple édition limitée (pour Thomas Prescher) de Nemo Sailor en 2012, puis plus compliquée et plus limitée en 2013 avec Nemo Captain tourbillon. Pour 2014, les deux premières pièces ont été totalement éjectées de l'eau avec le Nemo Sub I, une montre qui, tout en s’intégrant à la collection globale steampunk, est totalement différente.

Le boîtier comporte deux "side cars" en forme de tubes périphériques également fabriqués à partir de verre saphir essentiellement synthétique. Tous les accessoires en métal du boîtier sont en or rouge 18 carats et en palladium. Les deux tubes périphériques plus petits ont chacun deux objectifs. Premièrement, ils indiquent soit les heures (à gauche), soit les minutes (à droite), et ensuite, ils contiennent des hélices qui fonctionnent. Les tubes latéraux ne peuvent cependant pas fonctionner seuls, car ils sont reliés au carter principal via des arbres d'engrenage «mystères» qui passent entre les crochets qui semblent maintenir l'ensemble ensemble.

Les heures sont indiquées en minutes via un tube qui se déplace de haut en bas et qui se lit à travers une fenêtre indicatrice. C'est une solution assez ingénieuse et je n'ai jamais rien vu de tel. Comment se présente la montre au poignet? Bizarre bien sûr. Il est certainement portable, en particulier parce que la partie dorée de l'étui est conçue pour s'enrouler autour de votre poignet. Encore une fois, pas une usure quotidienne, mais un design très intéressant. Vous n'êtes pas sûr de la résistance à l'eau… vous pensez beaucoup pour une montre ayant pour thème un sous-marin fantastique, n'est-ce pas?

Plus de surprises viennent sous la forme du mouvement. Entièrement réalisé à la main et exclusivement par Thomas Prescher lui-même, le mouvement est à la fois automatique et tourbillon. Tourbillon bi-axial en fait. Le tourbillon tourne dans deux directions, chacune effectuant des rotations de 60 secondes. Le tourbillon est visible à l'avant du boîtier et offre une vue assez impressionnante dans le boîtier entièrement transparent.

Publicité

Le mouvement est aussi un automatique, comme je l'ai mentionné. Cependant, il n’utilise pas de rotor normal: Thomas Prescher l’a conçu avec un rotor de style demi-cylindre et demi-cercle et il tourne lorsqu’il tourne dans les deux sens. C'est vers le milieu de l'affaire et encore une fois, est visible dans le mouvement. Thomas Prescher rapporte environ 40 heures de réserve de marche. Une étiquette de «Steam Engine» se trouve sur le mouvement.